La tête dans les nuages


513xI2jZZ5L._SX359_BO1,204,203,200_

 

Ce matin, j’ai éprouvé une sensation des plus originales.

Elle n’aurait eu que ce caractère inédit, j’en aurais fait mon affaire et pas un pli. Mais la situation était préoccupante, ses incidences et les risques que j’encourais prêtaient à la méfiance. Ce matin, j’ai avalé ni une ni deux une énorme bouffée de fumée. Pas de celles d’un feu de bois, pas une fumée de four à pizza, non. J’ai bel et bien aspiré un troupeau de composants cancérigènes, de paire avec un régiment de composés organiques volatils, chargés sans mot dire de tester mes nerfs, mes poumons, et ma volonté de savoir dire non. Radium et polonium, pour rappel, vous n’aurez pas ma peau.

Depuis la première heure de mon sevrage, je n’ai laissé aucun agent cancérigène avoir le dernier mot. Idem pour les hydroquinones et peroxydes, de mèche avec les 600 additifs dont personne ne parle, certainement nés d’éprouvettes anonymes ou sous X, dans l’unique but de nous vendre une histoire d’amour maternel qui finit mal, en général.

Ce matin, j’ai croisé une équipe d’employés en pause, devant le supermarché, tirant sur le mégot comme on active un système élastique, recrachant la fumée de la même manière, dans un acte compulsif et démesuré. Ce matin j’ai traversé l’impératif et la priorité. Dans ce groupe qui échangeait des idées et probablement des impressions sur leur emploi et les termes de leurs contrats, vu les exclamations, la cigarette était invitée, comme l’aurait été un membre influant, un gars d’un syndicat, un défenseur des libertés.

Drôle de constat. Deux ou trois clopes de concert ont emprunté le chemin de mes bronches, à mon insu, sans mot dire, avec légèreté, conviviales, pince-sans-rire, sûres de soi. Oserais-je dire que j’ai fumé? La frontière est ténue. À vrai dire je n’en sais rien. J’aimerais passer mon cap de 10 ans au chaud, dans quelques mois, sans faux pas, sans raté. Pour être très sincère, je n’ai jamais été incommodée par la cigarette des autres. On peut fumer à mes côtés.

Mais, par pitié, pas une armée…

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s