Il n’est jamais trop tard


978_2_8132_0117_1_UNE_230_336_1338573493

« Il n’est jamais trop tard pour bien faire« . Ça, on la souvent entendu et c’est assez exaspérant, je sais, je sais. En termes de santé, ça peut se vérifier, et c’est directement le cas concernant l’arrêt du tabac. Pour ceux qui le décident!!!

À nouveau: nulle tentative d’endoctrinement; je me garde bien de m’adresser directement aux fumeurs par ce biais. J’ai moi-même abhorré qu’on me sermonne sur le sujet, à l’époque. Une drogue est une drogue et, qui plus est, ses effets sont ressentis par chacun de façon différente. Il en est de même pour les incidences d’un sevrage, vécues d’une personne à l’autre de façon radicalement opposée, dans bien des cas. Me direz-vous: « Tout dépend du nombre de paquets, du caractère compulsif ou non de l’addiction« . Je vous répondrai que: « la fume est affaire, dans tous les cas, de geste compulsif, comme chaque cigarette n’a d’autre vocation que celle de combler le vide immense qu’a laissé avec une incroyable arrogance cette dernière clope qu’on a écrasée, il y a deux heures seulement… »

Oui, la nicotine, est-ce nécessaire de le rappeler, quitte notre corps à une vitesse grand V. Plutôt rassurant, cette diablesse se fait la malle assez rapidement! Oui, mais…fatalement…on est en manque, dès lors qu’elle part et, en la remplaçant au pied levé, le plaisir n’est pas celui qu’on imaginait: il n’existe pas réellement de jouissance à fumer. Il y a le plaisir de soulager l’absence et c’est très différent…

Une chose est certaine, on ne me contredira pas: le nombre de bouffées inhalées compte, mais on comptera également en années, celles pendant lesquelles le tabac aura investi un nombre incalculable d’heures de notre vie.

On peut « tirer » sur une menthol seulement « quelques fois par jour », d’ailleurs, « on peut tout! ». En revanche, on est plus exposé aux maladies quand on a commencé tôt la partie ».
« Ce qui tue c’est moins le nombre de cigarettes fumées par jour que le nombre d’années de consommation » assure Yves Martinet.

En savoir plus sur http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/sante/sept-idees-recues-sur-le-tabac_1001223.html#yo5Gzg1kIQEVGpkP.99

Ce qui est réconfortant, et je m’adresse bien sûr à ceux et celles qui décident de cesser le feu (il est clair que cet article n’a d’ « intérêt » que pour ceux qui envisagent un sevrage), c’est que le fait-même que cette nicotine mette les voiles aussi vite soit de bon augure! La dépendance physique sera plus au moins confortable, d’une personne à l’autre, mais il vaut mieux une substance lâche qu’une drogue qui « tape l’incruste », non? 😉

Si vous optez pour les substituts: cela fait longtemps qu’on peut continuer à fumer sous patch. On continue? Bon, mis à part le fait qu’arrêter de façon décisive me semble une méthode efficace, il est, dans une autre catégorie, inutile de se donner bonne conscience avec des « light » car l’effet « léger » nous invite à aspirer davantage…

Je vous propose, si vous êtes dans une dynamique de vie saine, de lire l’article suivant. Catherine Minot y intervient (Tabac Info Service). C’est l’un des moteurs humains et adorables qui aura été déterminant dans mon expérience…

cendrier

Et, pour ceux qui commencent ce que je nomme « aventure », il y a toujours mon témoignage, « Mon guide de la Défume », aux Éditions Guy Trédaniel, traité sur le mode humoristique.

http://www.amazon.fr/Mon-guide-d%C3%A9fume-Comment-adieu/dp/2813201170/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1375985545&sr=8-1&keywords=mon+guide+de+la+d%C3%A9fume

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s