La seconde tentative


On l’a en tête, elle ne nous a pas quitté depuis qu’on a repris. On s’est dit » Allez, je refume un peu, le temps de voir, mais je ne perds pas de vue un prochain arrêt« . Et des omnibus ont défilé en nombre, sans qu’on ne monte dans le train pour autant. Pas le moment. Eh oui, si on a repris, c’était pour une « bonne » raison, il faut nous laisser le temps de régler ces soucis qui nous ont fait rechuter. Ensuite, il faut nous accorder une marge pour savourer notre victoire sur les tracas, la clope au bec. Et le temps passe. Passe. Passe…

Moi, au risque de me répéter, j’avais fait un premier essai de sevrage. La raison de la reprise était, quand j’y pense, consternante. Mais c’était sans appel. Je me souviens, j’avais été très surprise de constater qu’en l’espace de deux maigres mois, à force de « tirer » sur un inhaleur, je tenais ma cigarette avec difficulté. Mes doigts s’y étaient pris autrement avec l’objet, je l’avais utilisé comme on déguste une sucette, à peu de choses près. Ça, c’est important, c’est une réflexion à méditer sur tous les textes qui trouvent ce substitut poussif, comme il permettrait de conserver le geste et que certains pensent que ce n’est pas un bon principe. Eh bien je peux vous dire que c’est l’inverse, car l’inhaleur est petit et sa préhension difficile entre le majeur et l’index. Avec lui, votre main adopte une autre attitude. Autre point: je ne dirai jamais assez de bien de ce substitut, mais il faut reconnaître qu’il a la forme d’un Tampax. Alors vous vous voyez sortir l’objet dans un dîner et devoir vous justifier sous les sourires et les interrogations? Non. Donc, la technique des cinq doigts (pouce collé à l’index, auriculaire vers le bas) s’impose très vite, d’elle-même, parce qu’elle camoufle assez bien le médicament. On aspire bien fort au dessert, et le shoot vous suffit, croyez-moi. Au fait, au passage, Oui c’est de la nicotine, oui c’est mauvais pour la santé, mais avez-vous compté le nombre de composants néfastes dans une cigarette de papier?

LA bonne nouvelle, quand vous vous lancez à nouveau dans l’aventure: lors de la première expérience, il y a des pièges que vous avez su éviter, des écueils que vous avez contournés. Ils restent en mémoire, c’est certain. Quant à l’énorme PLUS, c’est le suivant: vous aviez refumé dans une situation précise, vous vous en souvenez bien. Pour ce qui est de mon cas, j’avais noté au bout de seulement deux heures combien ce paquet acheté dans la hâte n’avait pas résolu mon problème. Au contraire, il avait accentué ma nervosité.

Lors de la seconde expérience, j’ai dû faire face à la même embûche, au détail près. PAF! Et là, je ne suis pas tombée dans le piège. Ce jour aura été un jour décisif: il m’aura encouragée à continuer de respirer au mieux, fière de n’être pas tombée dans l’arnaque, j’ai pensé en toute logique que si j’avais passé ce cap énorme, il me serait plus facile de résister lors de stress plus légers.

Si c’est votre seconde fois, Courage, celle-là est la bonne, à n’en pas douter;-)

Pour acheter le livre en livraison gratuite, faire un clic sur la couverture, ci-dessous

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s