Lire un bouquin sur le sevrage: c’est pénible? Ou c’est drôle?


Je connais deux catégories de personnes qui bloquent sur l’idée:

– celles qui ne lisent pas

– celles qui ont entendu des échos, ont recueilli des conseils d’amis lecteurs et qui s’en contentent. Elles ont eu vent des grandes lignes. Mais mon avis est qu’il n’y a pas de règles, il n’y a que des « conseils » applicables à chacun; les seuls qui valent sont, à mon sens, ceux que l’on se donne à soi-même! Le succès de l’ouvrage d’Allen Carr est justifié: les « trucs » qu’il confiait au fil des chapitres étaient teintés de générosité, d’une forme de logique. C’est la loi du cqfd. Mais je pense sincèrement qu’il faut s’imprégner, donc lire, un livre de ce genre, pour en retirer les bénéfices. Certaines phrases citées au hasard, dans un ordre aléatoire, n’auront aucune portée sur des sujets fumeurs. Preuve en est: ils les citent, mais fument toujours…

Et si on parlait un peu du mien, parce que, en somme, je n’ai pas copié de passages et n’ai jamais vraiment donné le ton. Mon guide: je dis Mon, à nouveau, parce qu’il évoque le nombre dément de moyens utilisés pour me débarrasser de cette salope de ce poison. Ma tabacologue avait trouvé mon cas si atypique qu’elle avait invité France 5 à m’interviewer. Ma méthode à moi aura été folklorique et, bien que très névralgique, m’aura incitée à tenir un journal sur le ton de l’humour. C’est dire…C’est dire si je voulais contrer le tabac, avec ironie, avec arrogance: je le défiais. Et les mots venaient à toute allure, parce que cette concentration, que je pensais avoir perdue, revenait au galop! Ecrire aura, pour le coup, servi aussi de thérapie. Bien éloignée d’un but moralisateur (je serais qui, moi?^^), j’ai souhaité « faire vivre » mon lecteur, minute par minute, mes moments de défumeuse bancale.

Le style est léger, je le voulais enlevé, et je me relisais sans cesse pour m’assurer qu’on riait à tel passage, qu’on pouvait même s’esclaffer à d’autres. Dans un malaise épouvantable (j’ai dû cesser de fumer dans l’urgence, dans l’obligation, dans la minute, sans période de réflexion, ce qui a rendu le « deuil » démoniaque) ma seule survie était l’humour. Je bravais la nicotine et reniais ses 20 ans de bail dans mon corps. Il fallait qu’elle paye, c’était trop. Je l’ai narguée, me suis gaussée, puis je pleurais la nuit des effets de manque. Mais je « rapportais », comme un enfant le fait en classe et se soulage d’une injustice auprès de son prof avec force détails. Idem. Au jour le jour, je notais les détours que la clope tentait de prendre et mes façons de ruiner ses stratégies machiavéliques.

J’allais donc être éditée dans une maison sérieuse. Eh bien, malgré ce style « Bridget Jones » défumeuse, mes écrits ont séduit les éditions Guy Tredaniel. Rien n’était dangereux dans mes procédés, les prescriptions de substituts respectées à la lettre ET le parcours, bien que comique, était sensé. Il y avait les patches, mais il y avait aussi la sophrologue, la tabacologue, le psy, et des tas de professionnels pour me tenir la main dans des moments qui, quand j’y repense, me feraient presque sourire. Au final? Mes techniques ont donné du coude….je suis toujours non-fumeuse…

J’aurai l’occasion, prochainement, de vous offrir des bonus. Eh oui, quand on ferme le livre, on se dit qu’on s’en est payé une bonne tranche et que s’il existe des cas de ce genre, qu’on en ressort gagnant, on est à peu près sûr de gagner la partie, si l’on est en période de sevrage…Mais vous ne savez pas tout. Alors….bientôt, le making-off: ce qu’aucun éditeur n’aurait publié tant c’était trash!

OK! On se suit, hein?

Au fait….à quand le film? Ha ha!

Faire clic sur la couv pour acheter le livre

                                                                                  513xI2jZZ5L._SX359_BO1,204,203,200_

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s