Un an et deux mois sans tabac, ça ressemble à quoi?


A pas grand chose, à vrai dire. On filme, alors, « comme ça ». C’est ma tabacologue qui m’invite à offrir mon témoignage à une émission du groupe France Télévision. Ce sera plus lisible, les émotions seront visibles, on pourra dire Elle tremble encore.

Rien de plus vrai, on avait l’impression que mes mains cherchaient à mettre les doigts dans la prise, je gesticulais, les fesses calées dans le vide. Ca transpirait l’exaspération, on était assez loin des autres mots en « ion », tels que méditation et transformation, au pif…Un corps sain qui abriterait un esprit à l’avenant, c’est la cohabitation à laquelle on aspire quand on ne respire plus aucune volute. Arf…Mais mon organisme abritait déjà un paquet de roomates, des sortes de sorcières, des manières de démons. Dans l’air, il y avait une électricité sans nom.

France 5 passe la journée à la maison. Silence on tourne pour « Les maternelles », où l’on présentera le sujet « Arrêter de fumer. Plus forts à deux? ». Pour être honnête, je n’ai rien à faire du titre. Le thème, c’est Moi, puisque justement mon mec du moment fume encore #CeCon. Il est donc question pour moi de l’inciter à m’imiter et, pour lui, de m’encourager à ne pas le faire. A ce stade, il est clair qu’on ne choisit pas ses lames, il avait le meilleur jeu. Fool aux as, salaud. Et, entre nous, quand on défume, on pense à une personne, pas à deux. On pense à soi et c’est déjà trop parce qu’on aimerait que quelqu’un d’autre le fasse à notre place. Tout est là.

Je me prête à la comédie, de bon coeur, assez fière, pour tout dire. Je m’amuse par moments, parce que les crises de fous rires font partie des symptômes dont on ne m’avait pas parlé. Je les accueille volontiers. Il y a des choses qu’on ne contrôle plus, mais alors plus du tout. Ca fait du bien, un peu d’altitude. Le cadreur est très sympa, je pense qu’il gardera  longtemps en mémoire  le nombre de prises qu’il a comptées pour me filmer ouvrant une simple porte d’entrée. Avant même d’actionner la poignée, je l’entendais glousser…parce qu’il me visualisait, après le clap, entrer dans la pièce, le corps plié en quatre croulant sous d’improbables applaudissements de théâtre de boulevard. Un chouette moment, vraiment.

Le principe du débat c’était, je le rappelle, d’illustrer par l’exemple les arguments qui serviraient à dire Oui Oui, pour sûr, c’est plus facile de défumer à deux parce que ceci parce que cela, ou Non Non, c’est pas mieux. Pourquoi, parce que. Point barre. Vous constaterez que de nombreux mois après, je n’ai toujours pas la réponse. Et pourtant, j’étais drôlement bien placée niveau conclusion. Bah non, on a envisagé, en guise de langage, un palot de première en toute dernière image, mais ça c’est moi qui ai insisté un peu pour embrasser mon homme de l’époque, définitivement fumeur. Dans quel but? Eh bien juste pour lui fermer sa gueule et mettre un terme définitif au mensonge qu’il s’était donc juré de faire partager à la France entière, en rediff le matin. Un truc du genre « ça me motive, je compte bien arrêter moi aussi ». Hum…Donc, nous sommes d’accord, on était hors sujet, j’étais la seule arrêteuse…Faire quelque chose ensemble, ça veut dire le faire en même temps…

Vous comprendrez combien il m’aura été odieux #fear, de rejoindre celui qui allait très vite devenir mon ex: j’ai pensé toute la journée qu’on allait moi et lui se parler de près, échanger des idées, pour démontrer à quelques millions de téléspectateurs qu’il était éventuellement possible de s’entraider, dans un nuage de fumée, pendant une pause clope! Pour ma part, je ne vois pas en quoi un fumeur invétéré peut apporter un quelconque soutien à ce qui a failli être sa femme…L’avenir dira que cette pelle habilement roulée #merci, lui aura été utile comme elle l’aura empêché de débiter des lieux aussi communs que rares…#tresfort

Malgré tout, je ne cesse de mettre cette vidéo à la lumière. Le titre n’est pas l’essentiel, nous l’avons vu. Les principaux acteurs sont les personnes de coeur qui m’ont épaulée de toutes leurs forces, qui ont su estimer combien ce sevrage était compliqué et disperser mes idées noires. Voyez-vous, j’ai dû m’armer d’une panoplie démentielle de béquilles en tous genres. Mais les soutiens de poids sont bel et bien de jolies personnes. Elles me sont chères, je suis riche à millions.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s